Processus de cuisson

Publié le par OLIVIER


 

 

Préambule :

Quand on fait cuire des aliments via un cuiseur solaire, on pense découvrir un système énergétique novateur ; soit, mais pourtant le processus mis en oeuvre ressemble tellement à ce que l'on a l'habitude d'utiliser : la cuisinière domestique ( au gaz, à l'electricité, au bois ou autre ) .
Dans le processus de cuisson quelqu'il soit, on passe par les 4 phases de mises en température ( phase 1 à 3 ) et la dernière ( phase 4 ) qui représente l'étape ultime de cuisson (voir graphique de la page test et mesures ).
Ces jalons sont communs aux deux types de cuisson . Par exemple, quand on fait cuire des pâtes avec sa cuisinière, on fait chauffer l'eau jusqu'à ebullition avant cuisson ;

Photo-anthony-6-002-copie-2.jpg


ça représente exactement les phases 1 à 3 de mise en chauffe sauf que cette période sera fatalement courte ; environ 900 W d'energie dépensée sur environ 6 à 9 minutes avant l'ébullition permettant le début de cuisson des dites pâtes ( on arrive en phase 4 ) . Tout est dit ; dans le cadre d'une comparaison entre cuiseur solaire et cuisinière domestique ( je mets de coté la cuisson par four ) la différence ne réside que par le temps de montée en température , les pertes thermiques et bien sûr l'energie employée ( le soleil étant une ressource certaine mais aléatoire en fonction des saisons, des nuages , du vent, de la latitude,... ) .
 

 

Détermination du processus de cuisson :

Phase 1 :

La mise en place du faitout et des aliments à cuire sur le cuiseur solaire laisse présager de la complexité des flux thermiques qui peuvent s'opérer au moment d'un début de cuisson ; en effet, si on peut imaginer que le faitout se trouve à température ambiante , ça se complique quand on sait que les aliments mises en place sortent du réfrigérateur : la sonde thermocouple K positionnée dans le faitout, ne donnera qu'une température basse ou modérée et quasi constante pendant les toutes premières premières minutes : on est en présence d'un système thermique instable.

Phase 2 :

Le faitout + les aliments ayant réceptionné un rayonnement solaire de plus en plus important, la montée en température va se faire de façon linéaire en fonction du temps écoulé ( et de l'efficacité du cuiseur ) . La quantité d'energie entrante est supérieure à l'énergie sortante  ( pertes thermiques) .

Phase 3 :

On arrive dans l'épaule de courbe ; c'est certainement la phase cruciale pour un début de cuisson aproprié en fonction du type d'aliment à cuire. 


Phase 4 :

Réellement , la phase qui permet la cuisson optimale ( sous entendu qu'elle soit à un niveau de température adéquate, généralement au-dessus de 80°C ). A ce stade les quantités d'energie entrante et sortante sont égales d'où cette stagnation de température .

processus-cuisson1.JPG


En fonction de la masse des denrées disposées dans le faitout et de leur composition ( légumes, viandes), les temps de mise en chauffe ( phase 1 à 3 ) peuvent fortement différer : généralement 1 heure pour 1 Kg dans le cookit ou le cuiseur Mouchot . Par exemple, pour la cuisson de 200 gr de lentilles, on rajoute deux fois la quantité d'eau ( 400 gr ) ce qui donne en tout 600 gr ; il faudra environ 35 minutes de montée en température pour arriver en phase 4 , suivi de 35 à 45 minutes de cuisson .   



Commenter cet article

Guillaume Jouis 15/08/2007 08:22

Bonjour,
Merci de ta visite sur mon blog, je te rends la pareille et te félicite de tes expériences et des détails que tu donnes : très intéressant.
Tiens, voici un lien sur l'énergie solaire qui devrait t'intéresser, même si c'est à plus grande échelle ;-) : http://planetebleue.canalblog.com/archives/2007/07/29/5748634.html